Quels sont les travaux à envisager en copropriété ?

Avant de prendre les décisions par rapport à d’éventuels travaux à effectuer dans une copropriété, il est important de savoir les types de travaux qu’il est autorisés en copropriété. En effet, ce ne sont pas tous les travaux qui sont autorisés sur toutes les parties d’une copropriété.

Entre les travaux obligatoires, les travaux urgents, ou encore les travaux d’économie d’énergie, les copropriétaires ou le syndic de copropriété ne sait pas exactement ce qu’il faut faire. Ce billet est un guide qui vous renseigne sur les divers travaux à envisager en copropriété.

A lire en complément : Cacher un mur extérieur moche : ce qu’il faut savoir

Les parties privatives d’une copropriété : les travaux d’isolations possibles

Les copropriétés sont des biens qui comportent obligatoirement des parties communes et aussi des parties privatives. D’un point de vue légal, une partie privative d’une copropriété est un espace du bien en question, qui revient exclusivement à un des copropriétaires. Il peut s’agir d’un bureau, d’un magasin, d’un appartement, etc.

Dans un souci de confort et de conformisme aux exigences environnementales de la loi, chaque copropriétaire peut décider d’engager des travaux de rénovation énergétique. Dans ce contexte, plusieurs travaux sont envisageables, et quelques-uns sont présentés ci-après :

A lire aussi : Quelles sont les solutions disponibles pour l’aménagement des locaux ?

L’isolation thermique intérieure ou ITI

L’isolation thermique intérieure est l’isolation à laquelle l’on procède au sein d’un local ou d’un logement pour réduire les déperditions thermiques. C’est un procédé qui prend en compte les murs intérieurs, les planchers bas pour les logements au rez-de-chaussée, les combles ou les plafonds pour les logements au dernier étage. Le professionnel présent sur le site https://www.lowcalbat.fr/nos-clients/isolation-bailleurs-et-syndics-de-copropriete/, fournit une isolation thermique intérieure à la hauteur de chaque situation.

Cette technique d’isolation est certes moins performante et moins coûteuse que l’isolation par l’extérieur, mais elle n’en reste pas moins efficace. L’isolation dans ce cas, consistera à poser des plaques d’isolant sur la paroi des murs ou des planchers ou des plafonds. En ayant à cette intervention professionnelle, le copropriétaire évite le gaspillage d’énergie pour le chauffage ou la climatisation.

Le relamping

Egalement appelé éclairage, le relamping est une opération que les copropriétaires ou les syndics de copropriété effectuent fréquemment sur les parties communes des biens. Toutefois, cela est également valide en secteur privatif.

Le relamping consiste à changer les sources lumineuses (lampes, lustres, veilleuses) qui entraînent une hausse de la consommation énergétique, par des éclairages LED. Ces derniers sont de nouvelles innovations, moins gourmands, qui réduisent non seulement l’empreinte écologique du copropriétaire, mais aussi ses factures d’énergie.

sont les travaux à envisager en copropriété

Le changement des menuiseries défaillantes

Les menuiseries sont les principales sources de déperdition énergétique. Lorsque les fenêtres d’une partie privative d’une copropriété sont défaillantes, le copropriétaire a la liberté de procéder à leur changement, sous réserve d’en informer ses pairs.

Le cas le plus récurrent pour une telle intervention est celui où le local concerné est muni de fenêtres avec du simple vitrage. Il faudra donc envisager des travaux de remplacement, en optant pour du double vitrage voire du triple vitrage.

Le remplacement des systèmes de chauffage

Les pertes de chaleur sont à l’origine de l’usage abusif du chauffage et donc de la hausse des factures d’énergie. De même, un changement de système de chauffage défaillant entre dans les différents travaux qu’il est possible d’envisager dans les parties privatives d’une copropriété. Il serait judicieux de faire le remplacement en se tournant vers un appareil écologique et performant.

Travaux dans les parties communes d’une copropriété : ce qu’il faut savoir

Les parties communes d’un bâtiment ou d’un terrain en copropriété sont définies comme étant des secteurs qui répondent à l’utilité et à l’utilisation de tous les copropriétaires ou d’un grand nombre d’entre eux. Depuis la loi ELAN de novembre 2018, les parties communes d’une copropriété sont :

  • La grosse œuvre des bâtiments ainsi que les éléments qui y font corps tels que les solives, les barres d’appui, ou encore les garde-corps ;
  • Les locaux dédiés aux services communs (ascenseurs) ;
  • Le sol, les cours, les jardins, les voies d’accès, les corridors extérieurs ;
  • Les coffres, les têtes et les gaines de cheminées.

Certaines réglementations législatives et l’urgence environnementale concourent à la réalisation de certains travaux d’efficacité énergétique au sein des parties communes d’une copropriété. Parmi ces travaux, on peut citer l’isolation thermique par l’extérieur, des travaux qui ont de nombreux avantages.

Il y a également le calorifugeage (isolation des tuyaux d’eau chaude présents au sous-sol d’un immeuble), l’isolation des points singuliers, l’isolation des combles, l’isolation des caves, l’isolation des planchers bas, l’isolation des toitures et/ou des terrasses. Cette liste de travaux à envisager dans les parties communes d’une copropriété n’est pas exhaustive.

Fort de ces diverses informations, vous pouvez désormais faire appel à un professionnel expérimenté, pour la réalisation des travaux d’isolation en copropriété.

Travaux