Mon citronnier perd ses feuilles : que faire pour y remédier ?

La défeuillaison est un phénomène très fréquent dans le monde des végétaux. Il s’agit soit d’un phénomène normal ou pathologique et dans ce cas, il faut traiter la cause. Si vous n’avez pas beaucoup d’expériences avec les plantes, c’est un peu difficile. Retrouvez ici la conduite à tenir pour y faire face.

Déceler la cause

Pour mieux agir face à la chute des feuilles du citronnier, il faut en connaître la cause afin de régler le problème à la source. Cela peut être la conséquence de plusieurs facteurs. Le premier est souvent lié l’arrosage. Un défaut d’arrosage peut être très nuisible pour votre arbre. C’est aussi le même phénomène lorsque les racines se noient (excès d’arrosage). L’apport qualitatif et quantitatif optimal d’eau a un impact positif sur la floraison de la plante.

A lire aussi : 4 astuces efficaces pour bien aménager son jardin

Le deuxième facteur possible est la chaleur. Le citronnier ne supporte pas les hautes températures au risque de perdre ses jolies feuilles. Il redoute en général, le soleil brûlant, les variations brutales de température et le gel. Cela est plus accentué lorsqu’il n’existe pas de véritable aération.

Un autre paramètre très important dans la culture des fruits est l’apport en oligo-éléments (le zinc et le manganèse). Le citronnier est très sensible à une carence en ces éléments fertilisants. Cela provient d’un mauvais contrôle des apports, de la qualité du sol (pH élevé ou trop calcaire) ou de son entretien. La carence en zinc par exemple, entraîne la chute anormale des feuilles.

A voir aussi : Clôture en aluminium, pour sécuriser et embellir votre propriété

Enfin, la perte des feuilles du végétal peut provenir des éventuelles maladies ou parasites qui attaquent cet arbre. Plusieurs insectes nuisibles s’en prennent au citronnier et causent sa défeuillaison anormale. C’est le cas des cochenilles, des pucerons et des araignées rouges. En ce qui concerne les affections, il y a le Mal Secco dû à des champignons. Celui-ci affaiblit le citronnier.

Prendre des mesures idoines en fonction de l’étiologie retrouvée

Après votre diagnostic, c’est le moment de passer à l’action par un changement de comportement. Vous devez tenir compte du fait que les facteurs peuvent s’additionner donnant une action synergique. L’idéal serait donc d’agir sur tous les plans, même ceux qui ne sont pas en jeu. Avant toute démarche, assurez-vous que les conditions de plantation du citronnier sont toutes bien réunies.

Pour l’arrosage, il faut vous assurer que l’apport d’eau n’est ni excessif ni insuffisant. Enfoncez un doigt dans le terreau pour évaluer son état. S’il ne paraît pas humide, arrosez-le et prenez l’habitude de le laisser sécher en surface entre deux arrosages. Vérifiez également si l’espace disponible pour le citronnier dans son actuel pot, lui est confortable.

Pour les variations brutales de température, il est impératif de les anticiper en fonction de la saison en cours et de la région dans laquelle vous résidez. Protégez le citronnier des fortes chaleurs de l’été et des fortes gelées de l’hiver. Garantissez-lui une bonne température et évitez de le mettre contre les murs ou près des vitres.

En outre, assurez-lui un apport conséquent en fertilisants minéraux, notamment les oligo-éléments. Il saura vous gratifier avec de belles fleurs vertes et de succulents fruits jaunes. Par ailleurs, surveillez l’arbre de prêt pour repérer rapidement les éventuels parasites qui le menaceront ou l’apparition d’une maladie. Si vous voyez des symptômes inhabituels, faites appel à un expert ou recherchez un guide de maladies sur Internet. Prenez grand soin de votre citronnier.

Jardin
Show Buttons
Hide Buttons